« Bio et local ! » : l’incitation à l’achat du produit bio s’intensifie

Si 71 % des Français s’entichent particulièrement des produits locaux, la bio mania semble aller de paire avec cet engouement grandissant. Les produits frais, issus d’une agriculture biologique considérée comme respectant l’homme et la nature séduisent. Et pas que le simple consommateur : les mairies invitent davantage les cuisines centrales à rouler bio et local.

L’incitation à l’achat du bio et du local grandit à travers les salons

Les associations ayant pour principale essence d’encourager la culture bio passent la vitesse supérieure. Parmi elles, Agrobio47, qui notamment encourage ainsi les agriculteurs à se convertir au bio. Mais, ce n’est pas tout, elle les accompagne jusqu’au bout en passant par leurs démarches dans la distribution. Et pour une meilleure incitation, rien de plus adapté qu’un salon, où les professionnels peuvent échanger en direct avec les agriculteurs. Celui organisé justement à la Maison de la vie association à Villeneuve-sur-Lot dernièrement par Agrobio47 a été une occasion à ne pas manquer pour tous les acteurs du bio et du local, en particulier ceux intéressés par le circuit court. Et si les associations de ce genre ne lâchent pas l’affaire, c’est parce que la population entière semble s’intéresser davantage au sujet. Dans le Lot-et-Garonne, ce sont par exemple 578 producteurs qui sont passés au bio. Ici, la viande blanche ou rouge, le lait, le fromage, puis les légumes bio, ça marche ! De plus, la vente directe à la ferme fonctionne aussi bien que la vente aux transformateurs. Ce type de carrefour de rencontres et d’échanges est alors ouvert à tous les professionnels du privé et du public : maisons de retraite, restaurants, boutiques traditionnelles ou encore épiceries.

Plus de bio et de local dans les cantines

Autre raison de défendre la bonne cause du bio : les collectivités telles que les mairies sollicitent également une meilleure implication des cuisines centrales. Ces dernières doivent désormais utiliser plus de local et de bio notamment pour les cantines scolaires. Une révolution qui ne fait que commencer toutefois.